Changes between Version 148 and Version 149 of PerformancesIPSLCM6


Ignore:
Timestamp:
06/20/18 09:47:14 (2 years ago)
Author:
mafoipsl
Comment:

--

Legend:

Unmodified
Added
Removed
Modified
  • PerformancesIPSLCM6

    v148 v149  
    11= Performances IPSL-CM6 et demandes d'heures y compris CMIP6 = 
    22[[PageOutline]] 
    3 Cette page liste quelques performances mesurées et estimées du modèle IPSLCM6. Il rappelle également les ressources calcul disponibles au niveau national et les dates clés. Enfin, il inclut les informations pour l'allocation dédiée à CMIP6.  
     3Cette page liste quelques performances mesurées et estimées du modèle IPSLCM6. Il rappelle également les ressources calcul disponibles au niveau national et les dates clés. Enfin, il inclut les informations pour l'allocation dédiée à CMIP6 et la demande suivante.  
    44 
    55== Modifications == 
    6  * Ajout d'un argumentaire pour une allocation dédiée post-CMIP6 (OB)    
    7  * Ajout du paragraphe : préparation de la suite de CMIP6 pour 2019 (MAF) 
    8  * Ajout demandes d'heures A3 : date limite 5 septembre 2017 (MAF) 
    9  
    10 == Argumentaire pour une allocation dédiée pour fin 2018-2019-2020-2021 == 
    11  
    12 === Modélisation globale === 
    13  
    14 Les projets CMIP5 et CMIP6 ont chacun généré une intense activité de développement du modèle de climat de l'IPSL suivie d'une période de production de simulations de référence. Il y a en effet nécessité de concentrer l'essentiel de la production CMIP sur une période bornée dans le temps de manière à suivre le calendrier international et à réaliser un ensemble complet de simulations climatiques avec une version donnée du modèle (DECK et MIPs en ce qui concerne CMIP6). Par contre, avoir des périodes de développement de modèle trop concentrées dans le temps n'apparaît pas comme un mode de fonctionnement idéal. Cela génère des risques par rapport au calendrier international, une absence de recul sur certains choix effectués, et du stress pour les équipes travaillant sur le modèle. Il nous semble plus approprié de garder un fond d'activité de développement de modèle entre deux projets CMIP de manière à lisser dans le temps l'évolution du modèle de climat (qui ne doit pas être seulement vu comme la juxtaposition de ses composantes atmosphérique, océanique, et continentale). De plus, il est important de pouvoir documenter les évolutions du modèle et attribuer ses changements de propriétés à des changements de paramétrisations ou de résolution. Cette vision est aussi celle du Working Group on Climate Modelling qui a conçu les expériences de référence du DECK de manière à ce qu'elles puissent être menées régulièrement (Eyring et al., 2016) :  
    15  
    16 ''The persistence and consistency of the DECK will make it possible to track changes in performance and response characteristics over future generations of models and CMIP phases. Although the set of DECK experiments is not expected to evolve much, additional experiments may become enough well established as benchmarks (routinely run by modelling groups as they develop new model versions) so that in the future they might be migrated into the DECK. The common practice of including the DECK in model development efforts means that models can contribute to CMIP without carrying out additional computationally burdensome 
    17 experiments. All of the DECK and the historical simulations were included in the core set of experiments performed under CMIP5 (Taylor et al., 2012), and all but the abrupt-4×CO2 simulation were included in even earlier CMIP phases.''  
    18  
    19 Nous envisageons à l'issu du projet CMIP6 de développer 3 versions du modèle IPSL-CM par an de manière à intégrer les développements effectués à tour de rôle par les composantes, comme le CO2 atmosphérique interactif, le cycle de l'azote, le changement de coeur dynamique (DYNAMICO en lieu de l'ancienne dynamique atmosphérique), etc... Nous savons par expérience qu'une nouvelle version coûte en moyenne environ 2000 années de simulations (par ex. 20 tests techniques de 1 an, 9 tests atmosphériques de 20 ans, 9 tests couplés de 100 ans, et 2 tests couplés de 200 ans pour ajuster un certain nombre de paramètres atmosphériques et océaniques et un spin-up de 500 ans). Plusieurs tests longs sont nécessaires car certaines propriétés émergentes du système (THC, biais de l'océan profond) mettent longtemps à se manifester. Les tests techniques englobent ce qui était fait historiquement dans le projet "gen0926/rpsl" qui s’intitule "Développement du système couplé IPSL et partage de données".  
    20  
    21 Il nous semble également approprié de réaliser un DECK par an (soit un toutes les 3 versions du modèle). Un DECK requiert un supplément d'environ 1000 années de simulations (500 ans de piControl, 150 ans de abrupt4co2, 150 ans de 1pctco2, 165 ans de historical et 35 ans d'AMIP).  
    22  
    23 Cela fait donc un total de 7000 années de simulation IPSL-CM6 par an, soit 14 millions d'heures équivalent curie en résolution LR, et 52 millions d'heures en résolution MR. On envisage aussi 100 années de simulations en HR d'ici à 2021, soit 30 millions d'heures. 
    24  
    25 Certaines expériences liées à CMIP6 nécessitent en outre une réactualisation régulière des expériences. Un des volets du protocole est lié aux expériences de prévision décennnale (DCPP), il implique ainsi de répéter les expériences de prévision chaque année. Il s'agit de tirer partie de l'année écoulée pour pouvoir actualiser les conditions initiales des prévisions, et donc reculer d'une année l'échéance de prévision. Le protocole DCPP devient donc plus continu. Cela implique 10 simulations de 10 ans à produire chaque année, soit 100 ans / année. Cependant, selon le type d'anomalies climatiques détectées dans les prochaines années, le protocole d'initialisation développé dans le cadre de CMIP6 au vu des anomalies moyennes des 60 dernières années pourrait nécessité d'être revu, et ce afin d'optimiser en continu les prévisions futures. Cela impliquera une nouvelle simulation de construction des états initiaux (60 années) et une nouvelle série de prévisions rétrospectives (30 dates de prévision * 5 membres * 10 ans = 1500 années de simulations), indispensables pour débiaiser la prévision future. A cause de ce coût, cette réévaluation de la procédure d'initialisation des prévision ne sera envisagée qu'une fois au cours des 3 prochaines années 
    26 L'aspect semi-opérationnel du volet B du "Decadal Climate Prediction Project" implique donc 1500 + 60 + 100*3 = 1860 années de simulations à répartir sur les 3 prochaines années (soit 100, 100 et 1660 années en 2019-2020-2021, correspondant à 0,2, 0,2 et 3,3 millions d'heures en résolution LR).  
    27  
    28 === Modélisation régionale ===  
    29  
    30 En parallèle du développement des versions successives du modèle IPSL-CM6, la régionalisation des simulations CMIP5/CMIP6 se poursuit dans le cadre de Copernicus. Cela correspond à xxx simulations de xxx années à la résolution xxx, soit 5 millions d'heures équivalent curie par an. 
    31 === Allocation pluri-annuelle dédiée fin 2018-2019-2020-2021 ===  
    32  
    33 Sauf mention contraire, toutes les heures sont des heures équivalent curie. La conversion en heures curie-2 n'est pas encore connue pour les modèles IPSL-CM6 et WRF mais on peut utiliser un facteur 2 pour obtenir une première estimation. 
    34  
    35 Dans le cadre de l'infrastructure CLIMERI-France, nous avons besoin d'une allocation pluri-annuelle offrant la visibilité requise et permettant de réaliser :  
    36  
    37  * 7000 années IPSL-CM6 par an, soit 14 millions d'heures pour le LR et 52 millions pour le MR 
    38  * 1860 années IPSL-CM6-LR réparties sur 3 ans (2019-2021) pour la prévision décennale 
    39  * des simulations "opérationnelles" CORDEX-Europe, pour 5 millions heures.   
    40  
    41 Nous demandons donc sur la machine curie-2 une allocation dédiée de :  
    42  
    43  * 4 millions d'heures pour le dernier trimestre 2018 (trusting, 1/4 du LR)  
    44  * 38 millions d'heures pour 2019 (trusting, 1/2 LR + 1/2 MR, décennal en LR, CORDEX)  
    45  * 57 millions d'heures pour 2020 (trusting, MR, décennal en LR, CORDEX)  
    46  * 91 millions d'heures pour 2021 (trusting, MR, réinitialisation du décennal en LR, CORDEX, HR)  
    47  
    48 soit 2, 19, 29 et 46 millions d'heures curie-2.  
    49  
    50 En parallèle, nous chiffrons des besoins de stockage de l'ordre de  
    51  * xxx Po  
    52  
    53 === Simulations hors allocation multi-annuelle dédiée faisant l'objet de demandes DARI ou PRACE ===  
    54  
    55 L'allocation dédiée évoquée ci-dessus n'a pas vocation à couvrir tous les besoins de l'IPSL. Les activités suivantes doivent continuer à faire l'objet de demandes DARI ou PRACE:  
    56  
    57  * Développement des composantes  
    58  * Projets scientifiques  
    59  * Run démo à très haute résolution 
    60  * ...  
    61  
    62 Nous savons d'expérience que les besoins en calcul évoluent par pallier à chaque projet CMIP, ce qui nous permet d'anticiper des besoins totaux de l'ordre de 100 millions d'heures équivalent curie à compter de 2019 qui viendront compléter la demande d'allocation dédiée (soit des demandes agrégées de l'ordre de xx millions d'heures pour DARI et PRACE au niveau de l'activité climat de l'IPSL). 
    63  
    64  
    65 == Performances et estimations 2017 == 
    66 Voir là le dossier technique mis à jour le 2/8/2017 : [attachment:DossierTechnique_2017.pdf dossier technique IPSL en pdf ] et [attachment:DossierTechnique_2017.doc dossier technique IPSL en doc] 
    67  
    68 == Logiciels demandés, septembre 2017 == 
     6 * Préparation appel A5 : date limite 17 juillet 2018 11h  
     7   * Ressources disponibles 
     8   * Performances des configurations IPSL 
     9 * Déplacement des paragraphes CMIP6 à la fin de la page 
     10 
     11== Demandes d'heures A5 : date limite 17 juillet 2018 11h == 
     12 
     13L’appel à projets pour l’allocation A5 (et pour des demandes complémentaires A4) est ouvert jusqu’au mardi 17 juillet 11h. Un peu plus de 600 millions d’heures de calcul sont disponibles dans le cadre de l’allocation A5, pour une utilisation du 1er novembre 2018 au 31 octobre 2019. 
     14 
     15Pour obtenir une allocation d’heures à l'IDRIS, les porteurs de projets sont invités à chiffrer leurs besoins sur 1 an en heures équivalentes ada (ou Turing). Les allocations seront sur 1 an, sur les 2 machines successivement en tenant compte du ratio retenu. 
     16 
     17Pour les allocations A5 sont disponibles : 
     18 * 63,6 millions d’heures sur irene Skylake 
     19 * 66,9 millions d'heures sur Irene KNL ===> que nous n'utiliserons pas a priori 
     20 * 25,4 millions d’heures sur ada 
     21 * 264 millions d'heures sur Turing ===> que nous n'utilisons pas 
     22 * 215 millions d’heures sur occigen 
     23 
     24Pour les extensions des projets A4 pour 6 mois : novembre 2018 à avril 2019, sont disponibles : 
     25 * 3,6 millions d’heures sur ada 
     26 * 24 millions d’heures sur occigen 
     27 * 15,6 millions d’heures sur irene Skylake 
     28 
     29L’appel à projets pour l’allocation A6 sera ouvert dans 6 mois pour une allocation à partir de mai 2019. 
     30 
     31== Performances et estimations 2018 == 
     32 
     33En attente, le dossier technique 2018 
     34 
     35=== Logiciels demandés  === 
     36 Documents 2017 toujours valables  
    6937 * [attachment:Logiciels-curie-2017.pdf logiciels demandés sur curie ] 
    7038 * [attachment:Logiciels-ada-2017.pdf logiciels demandés sur ada ] 
    7139 
    72 === Résolutions 2017 et future === 
     40=== Résolutions 2018 et future === 
     41 
     42'''A REVOIR/COMPLETER/VALIDER''' 
    7343 
    7444|| Configuration ||  Océan || || || || Atmosphère || || || || Nb OpenMP atm || Nb MPI atm ||  ||Nb MPI oce || ||Nb IO server || || Nb total de coeurs || Commentaire || 
     
    11383=== Tableau des performances DYNAMICO === 
    11484 
     85 
     86 
     87== Argumentaire pour une allocation dédiée pour fin 2018-2019-2020-2021 == 
     88 
     89=== Modélisation globale === 
     90 
     91Les projets CMIP5 et CMIP6 ont chacun généré une intense activité de développement du modèle de climat de l'IPSL suivie d'une période de production de simulations de référence. Il y a en effet nécessité de concentrer l'essentiel de la production CMIP sur une période bornée dans le temps de manière à suivre le calendrier international et à réaliser un ensemble complet de simulations climatiques avec une version donnée du modèle (DECK et MIPs en ce qui concerne CMIP6). Par contre, avoir des périodes de développement de modèle trop concentrées dans le temps n'apparaît pas comme un mode de fonctionnement idéal. Cela génère des risques par rapport au calendrier international, une absence de recul sur certains choix effectués, et du stress pour les équipes travaillant sur le modèle. Il nous semble plus approprié de garder un fond d'activité de développement de modèle entre deux projets CMIP de manière à lisser dans le temps l'évolution du modèle de climat (qui ne doit pas être seulement vu comme la juxtaposition de ses composantes atmosphérique, océanique, et continentale). De plus, il est important de pouvoir documenter les évolutions du modèle et attribuer ses changements de propriétés à des changements de paramétrisations ou de résolution. Cette vision est aussi celle du Working Group on Climate Modelling qui a conçu les expériences de référence du DECK de manière à ce qu'elles puissent être menées régulièrement (Eyring et al., 2016) :  
     92 
     93''The persistence and consistency of the DECK will make it possible to track changes in performance and response characteristics over future generations of models and CMIP phases. Although the set of DECK experiments is not expected to evolve much, additional experiments may become enough well established as benchmarks (routinely run by modelling groups as they develop new model versions) so that in the future they might be migrated into the DECK. The common practice of including the DECK in model development efforts means that models can contribute to CMIP without carrying out additional computationally burdensome 
     94experiments. All of the DECK and the historical simulations were included in the core set of experiments performed under CMIP5 (Taylor et al., 2012), and all but the abrupt-4×CO2 simulation were included in even earlier CMIP phases.''  
     95 
     96Nous envisageons à l'issu du projet CMIP6 de développer 3 versions du modèle IPSL-CM par an de manière à intégrer les développements effectués à tour de rôle par les composantes, comme le CO2 atmosphérique interactif, le cycle de l'azote, le changement de coeur dynamique (DYNAMICO en lieu de l'ancienne dynamique atmosphérique), etc... Nous savons par expérience qu'une nouvelle version coûte en moyenne environ 2000 années de simulations (par ex. 20 tests techniques de 1 an, 9 tests atmosphériques de 20 ans, 9 tests couplés de 100 ans, et 2 tests couplés de 200 ans pour ajuster un certain nombre de paramètres atmosphériques et océaniques et un spin-up de 500 ans). Plusieurs tests longs sont nécessaires car certaines propriétés émergentes du système (THC, biais de l'océan profond) mettent longtemps à se manifester. Les tests techniques englobent ce qui était fait historiquement dans le projet "gen0926/rpsl" qui s’intitule "Développement du système couplé IPSL et partage de données".  
     97 
     98Il nous semble également approprié de réaliser un DECK par an (soit un toutes les 3 versions du modèle). Un DECK requiert un supplément d'environ 1000 années de simulations (500 ans de piControl, 150 ans de abrupt4co2, 150 ans de 1pctco2, 165 ans de historical et 35 ans d'AMIP).  
     99 
     100Cela fait donc un total de 7000 années de simulation IPSL-CM6 par an, soit 14 millions d'heures équivalent curie en résolution LR, et 52 millions d'heures en résolution MR. On envisage aussi 100 années de simulations en HR d'ici à 2021, soit 30 millions d'heures. 
     101 
     102Certaines expériences liées à CMIP6 nécessitent en outre une réactualisation régulière des expériences. Un des volets du protocole est lié aux expériences de prévision décennnale (DCPP), il implique ainsi de répéter les expériences de prévision chaque année. Il s'agit de tirer partie de l'année écoulée pour pouvoir actualiser les conditions initiales des prévisions, et donc reculer d'une année l'échéance de prévision. Le protocole DCPP devient donc plus continu. Cela implique 10 simulations de 10 ans à produire chaque année, soit 100 ans / année. Cependant, selon le type d'anomalies climatiques détectées dans les prochaines années, le protocole d'initialisation développé dans le cadre de CMIP6 au vu des anomalies moyennes des 60 dernières années pourrait nécessité d'être revu, et ce afin d'optimiser en continu les prévisions futures. Cela impliquera une nouvelle simulation de construction des états initiaux (60 années) et une nouvelle série de prévisions rétrospectives (30 dates de prévision * 5 membres * 10 ans = 1500 années de simulations), indispensables pour débiaiser la prévision future. A cause de ce coût, cette réévaluation de la procédure d'initialisation des prévision ne sera envisagée qu'une fois au cours des 3 prochaines années 
     103L'aspect semi-opérationnel du volet B du "Decadal Climate Prediction Project" implique donc 1500 + 60 + 100*3 = 1860 années de simulations à répartir sur les 3 prochaines années (soit 100, 100 et 1660 années en 2019-2020-2021, correspondant à 0,2, 0,2 et 3,3 millions d'heures en résolution LR).  
     104 
     105=== Modélisation régionale ===  
     106 
     107En parallèle du développement des versions successives du modèle IPSL-CM6, la régionalisation des simulations CMIP5/CMIP6 se poursuit dans le cadre de Copernicus. Cela correspond à xxx simulations de xxx années à la résolution xxx, soit 5 millions d'heures équivalent curie par an. 
     108 
     109=== Allocation pluri-annuelle dédiée fin 2018-2019-2020-2021 ===  
     110 
     111Sauf mention contraire, toutes les heures sont des heures équivalent curie. La conversion en heures curie-2 n'est pas encore connue pour les modèles IPSL-CM6 et WRF mais on peut utiliser un facteur 2 pour obtenir une première estimation. 
     112 
     113Dans le cadre de l'infrastructure CLIMERI-France, nous avons besoin d'une allocation pluri-annuelle offrant la visibilité requise et permettant de réaliser :  
     114 
     115 * 7000 années IPSL-CM6 par an, soit 14 millions d'heures pour le LR et 52 millions pour le MR 
     116 * 1860 années IPSL-CM6-LR réparties sur 3 ans (2019-2021) pour la prévision décennale 
     117 * des simulations "opérationnelles" CORDEX-Europe, pour 5 millions heures.   
     118 
     119Nous demandons donc sur la machine curie-2 une allocation dédiée de :  
     120 
     121 * 4 millions d'heures pour le dernier trimestre 2018 (trusting, 1/4 du LR)  
     122 * 38 millions d'heures pour 2019 (trusting, 1/2 LR + 1/2 MR, décennal en LR, CORDEX)  
     123 * 57 millions d'heures pour 2020 (trusting, MR, décennal en LR, CORDEX)  
     124 * 91 millions d'heures pour 2021 (trusting, MR, réinitialisation du décennal en LR, CORDEX, HR)  
     125 
     126soit 2, 19, 29 et 46 millions d'heures curie-2.  
     127 
     128En parallèle, nous chiffrons des besoins de stockage de l'ordre de  
     129 * xxx Po  
     130 
     131=== Simulations hors allocation multi-annuelle dédiée faisant l'objet de demandes DARI ou PRACE ===  
     132 
     133L'allocation dédiée évoquée ci-dessus n'a pas vocation à couvrir tous les besoins de l'IPSL. Les activités suivantes doivent continuer à faire l'objet de demandes DARI ou PRACE:  
     134 
     135 * Développement des composantes  
     136 * Projets scientifiques  
     137 * Run démo à très haute résolution 
     138 * ...  
     139 
     140Nous savons d'expérience que les besoins en calcul évoluent par pallier à chaque projet CMIP, ce qui nous permet d'anticiper des besoins totaux de l'ordre de 100 millions d'heures équivalent curie à compter de 2019 qui viendront compléter la demande d'allocation dédiée (soit des demandes agrégées de l'ordre de xx millions d'heures pour DARI et PRACE au niveau de l'activité climat de l'IPSL). 
     141 
     142 
     143== Performances et estimations 2017 == 
     144 
     145Voir là le dossier technique mis à jour le 2/8/2017 : [attachment:DossierTechnique_2017.pdf dossier technique IPSL en pdf ] et [attachment:DossierTechnique_2017.doc dossier technique IPSL en doc] 
     146 
     147=== Logiciels demandés, septembre 2017 === 
     148 * [attachment:Logiciels-curie-2017.pdf logiciels demandés sur curie ] 
     149 * [attachment:Logiciels-ada-2017.pdf logiciels demandés sur ada ] 
     150 
     151=== Résolutions 2017 et future === 
     152 
     153|| Configuration ||  Océan || || || || Atmosphère || || || || Nb OpenMP atm || Nb MPI atm ||  ||Nb MPI oce || ||Nb IO server || || Nb total de coeurs || Commentaire || 
     154|| IPSL-CM6.0.10-LR  ||  362 || 332 || 75 || || 144 || 143 || 79 || || 8 || 71 || || 480 || || 1 || || (1 049) 1 056 || Mesuré || 
     155|| IPSL-CM6-MR/eORCA1  ||  362 || 332 || 75 || || 256 || 256 || 79 || || 8 || 128 || || 220 || || 1 || || (1 245) 1 248  || Mesure août 2017 sur ada|| 
     156|| IPSL-CM6-MR/eORCA025 || 1442   || 1207 || 75 || || 256 || 256 || 79 || || 8 ||128 || ||  1295 || || 1 || || 1 024  + 1 295 = 1645  || Estimation 2017 || 
     157|| IPSL-CM6-HR  / atmosphère seule ||   ||  || || || 512 || 360|| 79 || || 8 ||180 || || || || 1 || || 1 441 (1 472)  || Estimation 2017 || 
     158 
     159=== Tableau des performances  IPSL-CM6 === 
     160 
     161|| Configuration ||  Nb total de coeurs || Temps réel pour 10 ans || '''Temps à demander pour 10 ans''' || Commentaire || 
     162|| '''IPSL-CM6.0.10-LR'''  ||   1 056 || 19 h || '''21 500 h''' || Mesuré sur CM6010.2-LR-pdCtrl-01, +5% post-traitement inclus || 
     163|| IPSL-CM6-MR/eORCA1  ||  1 248 || 42 h || 55 000 h  || Mesure sur ada inclus +5% post-traitement ||  
     164|| IPSL-CM6-MR/eORCA025  ||  1 648 || 140 h || 238 000 h  || Estimation 2017 ||  
     165|| IPSL-CM6-HR /atmosphère seule ||  1 472 || 100 h || 155 000 h || Estimation 2017 || 
     166 
     167Sans oublier IPSLCM5A2, chiffrage pour tenir compte des pas de temps réduits pour paléo (2 mn pour dynamique LMDZ et 1h20 pour NEMO) : 
     168|| Configuration ||  Nb total de coeurs || Temps réel pour 10 ans || '''Temps à demander pour 10 ans''' || 
     169|| '''IPSLCM5A2'''  ||  304 || 5.9 h || '''1 800 h''' || 
     170 
     171 
     172=== Tableau des performances  LMDZOR_v6 === 
     173 
     174|| Configuration    || Résolution || Nb total de coeurs || Nb coeurs facture || Temps réel pour 10 ans || '''Temps à demander pour 10 ans ''' || Comment || 
     175|| '''LMDZOR_v6'''  || 144x142x79 || 569 (71 mpi*8omp gcm) +1mpi xios  || 576 || 17 h                  || 11 000 h    || Revu avec temps type IPSLCM6.0.10, ajouter 5% pour simulation guidé || 
     176|| '''LMDZOR_v6'''  || 256x256x79 || 1 024 (124mpi*8omp gcm) +1mpi xios ||     || 34 h                  || 40 000 h    || Mesure sur ada inclus +5% post-traitement || 
     177 
     178=== Tableau des performances LMDZORINCA_v6 ===  
     179|| Configuration    || Résolution || Nb total de coeurs || Nb coeurs facture || Temps réel pour 10 ans || '''Temps à demander pour 10 ans ''' || Comment || 
     180|| '''LMDZORINCA_v6  AER''' || 144x142x79 || 377 (47mpi*8omp gcm) + 1 mpi xios || 384 || 87h || 34 000 h  || temps calculé avec LMDZORINCA_v6.0.11 ||  
     181|| '''LMDZORINCA_v6 NMHC_AER''' || 96x95x39 || 129 (32mpi*4 omp gcm) + 1 mpi xios || 144 || 51h || 7 500  h || temps calculé avec LMDZORINCA_v6.0.11 || 
     182 
     183 
     184=== Tableau des performances  NEMO eORCA025 === 
     185 
     186|| Configuration   || Nb total de coeurs || Temps réel pour 10 ans || '''Temps à demander pour 10 ans''' || 
     187|| '''eORCA1-LIM3-PISCES''' ||   512 ( 496 nemo + 16 xios ) || 14 h || '''7 200 h''' || 
     188|| '''eORCA1-OFF-PISCES'''  ||   498 ( 496 nemo +   2 xios ) ||   4 h || '''2 000 h''' || 
     189|| '''eORCA025-LIM3''' || 1 302 ( 1 295 nemo + 7 xios ) ||  50 h || '''75 000 h''' || 
     190|| '''eORCA025-LIM3-PISCES''' || 1 302 ( 1 295 nemo + 7 xios ) || 140 h || '''200 000 h''' || 
     191 
     192=== Tableau des performances DYNAMICO === 
     193 
    115194Concernant le coût de DYNAMICO : les estimations dont je dispose sont basées sur des simus aquaplanètes ancienne physique à résolution modérée, mais elles indiquent que : 
    116195* la partie dynamique n’est pas plus chère que LMD-Z (elle était moins chère il y a 2-3 ans mais Yann a amélioré LMD-Z depuis donc la différence n’est peut-être pas énorme) 
     
    121200Thomas 
    122201 
    123 == Demandes d'heures A3 : date limite 5 septembre 2017 == 
    124  
    125  Les projets de type A1 ont eu des allocations jusqu’au 31/10/2017. L’appel à projets pour l’allocation A3 est ouvert jusqu’au mardi 5 septembre 2017. Un peu plus de 600 millions d’heures de calcul sont disponibles dans le cadre de l’allocation A3, pour une utilisation du 1er novembre 2017 au 31 octobre 2018. 
    126  
    127 Le calculateur Curie au TGCC sera remplacé par un calculateur de nouvelle génération au 2e trimestre 2018. Pour l’allocation A3, deux machines seront donc successivement accessibles pour les porteurs de projets souhaitant obtenir des heures au TGCC :  
    128  * Curie nœuds fins, utilisable sur les 6 premiers mois de l’allocation A3, soit de novembre 2017 à avril 2018 ;  
    129  * Successeur de Curie, utilisable sur les 6 derniers mois de l’allocation A3, soit de mai à octobre 2018 
    130  
    131 Pour obtenir une allocation d’heures au TGCC, les porteurs de projets sont invités à chiffrer leurs besoins sur 1 an en heures équivalentes Curie nœuds fins. Le Comité d’attribution répartira l’attribution sur les 2 machines, en tenant compte d’un ratio de puissance d’un facteur 2 entre Curie et son successeur. 
    132  
    133 Pour les allocations A3 sont disponibles : 
    134  * 104 millions d’heures sur curie 
    135  * 25 millions d’heures sur ada 
    136  * 210 millions d’heures sur occigen 
    137  
    138 Pour les extensions des projets A2, à faire aussi avant le 5 septembre, pour 6 mois : novembre 2017 à avril 2018, sont disponibles : 
    139  * 5 millions d’heures sur ada 
    140  * 39 millions d’heures sur occigen 
    141  
    142 L’appel à projets pour l’allocation A4 sera ouvert dans 6 mois pour une allocation à partir de mai 2018. 
    143  
    144 == Exposé DARI 2017 == 
     202 
     203=== Exposé DARI 2017 === 
    145204E. Millour a présenté au LMD la campagne DARI 2017. Voir [attachment:DARI2017.pdf  exposé en pdf] 
    146205 
    147 == Ressources calcul disponibles en 2017 == 
     206=== Ressources calcul disponibles en 2017 === 
    148207 
    149208 * Procédure nationale (tier 1)  : https://www.edari.fr/