wiki:Cm6WorkingGroupBiaisAtlN

Groupe de travail sur les biais des modèle de l’IPSL en Atlantique Nord

Objectif général: contribuer au développement de IPSL-CM6 avec un état moyen plus réaliste en Atlantique Nord: biais froid réduit, circulation méridienne de retournement plus dynamique.

Actions à mener Avril-juin 2014:

  • 1. réflexion sur les métriques pouvant contribuer à une évaluation générale du modèle (J. Servonnat)
  • 2. Aide au choix de la résolution vertical océanique du modèle ORCA1
  • 3. Préparation de diagnostiques synthétiques pour les tests de simulations couplées à venir à partir de l’été 2014
  • 4. Proposition (et lancement) de quelques simulations couplées et/ou forcées de sensibilité pour tester certaines hypothèses?

Etat des réflexions sur l’origine du biais froid – Mars 2014:

Candidats possibles (cf talk Gastineau, Mignot et al du 7 mars 2014)

  • convection océanique / modélisation océanique - NEMO a en effet souvent ce "blue spot" aux moyennes latitudes. cf Danabsoglu et al 2014. Mais NEMO est aussi capable de donner des MOC à 20Sv...
  • modèle de glace monocatégorie - cf effet de GELATO dans Danabasoglu et al 2014. Mais SICE n'a pas le même effet. -> Tests de Gurvan Madec NEMO-LIM3 forcé: belle AMOC a 18Sv très stable, cf talk du 7 mars 2014.
  • jet atmosphérique trop zonaux
  • excès d’eau douce en surface dans l'Atlantique Nord
  • couplage bio (Mignot et al 2014)

1. Métriques

scalaires qui fournissent une information synthétique et quantitative sur la distance entre le modèle et une référence (obs, réanalyses). cfmail J. Servonnat 17 mars 2014
Principe: chaque composante /groupe de travail fournit un ensemble de métriques qu'il faudra suivre lors des phases de développement et de réglage.
Liste à compléter:

  • E-P Atl N annuel vs ERA40?
  • latitude du max des jets (-> Francis)

plus d'infos la: https://forge.ipsl.jussieu.fr/igcmg/wiki/Cm6WorkingGroupBiaisAtlN/MetricGarden

2. Aide au choix de la résolution océanique

Etat du problème: La version IPSL-CM6-v0 utilisera ORCA1. A priori, celà justifierait de passer à L75, avec l’avantage de résoudre le cycle diurne. Problème: le cycle diurne implique des développements lourds pour PISCES. Donc question: peut on se contenter de L41 ou L46?

Simulations tests en forcé en cours de lancement par Claire Lévy. + d'infos à venir
Réflexion préliminaire: quels diagnostiques? Que veut on vérifier?

3. Diagnostiques clés pour les simulations tests IPSL-CM6

Etat de l'existant:

  • Atlas DRAKKAR bis: A noter l'outil http://www-meom.hmg.inpg.fr/DRAKKAR/COMPARE/, qui permet de comparer les monitoring de plusieurs sorties. Permettrait de comparer des simus orca1 a drakkar par exemple (peut être lancé offline, sur quelques simulations clés)

C'est beaucoup, mais peut être pas suffisamment ciblé.
Questions:

  • Quels diagnostiques veut on automatiser? Peut on tous les automatiser?
  • Quel format de sortie (atlas/ferret, autre?)
  • Qu'a t on déjà, que manque t il. A développer dans ce groupe de travail ou besoin d'interagir avec d'autres composantes / développeurs?
  • Atlas DRAKKAR: facilement adaptables a nos outputs a priori. a t on besoin de s'approprier cet outil, en plus de nos atlas?

4. Simulations de sensibilité

Idée: lancer quelques simulations couplées nudgées en vent pour regarder l'impact sur les biais. Travail initié par Jérôme.

Last modified 4 years ago Last modified on 02/18/16 12:17:25